Date

Partager

Un protocole d’accord en matière de protection des données personnelles

Articles connexes

Le protocole d’accord a été signé par le président de la CNDP, Omar Seghrouchni, et le directeur des affaires juridiques du contentieux et de la conformité de la CDP, Mohamed Diop, représentant la présidente de cette institution, Awa Ndiaye, qui a suivi cette cérémonie par visioconférence

Dans une déclaration à la chaîne « M24 », M. Seghrouchni a souligné que ce protocole formalise les relations déjà existantes entre les deux commissions, en mettant en place des dispositions de collaboration, d’échange d’informations, de partage de procédures ou encore de traitement de problématiques communes.

Le protocole inclut des dispositions portant sur le programme « Data Tika », destiné à inverser le paradigme auprès des grandes institutions, précise M. Seghrouchni, faisant part de l’aspiration de la CNDP à déployer un tel programme dans d’autres pays, notamment en Afrique.

Au lieu de se contenter de comprendre les actions à mener pour être en conformité avec la loi 09-08 relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel, les organismes pourront expliquer, de façon proactive, leur utilisation de ces données, a expliqué le président de la CNDP, en explicitant la portée du programme « Data Tika ».

Dans un échange par visioconférence, Mme Ndiaye a confié à la MAP que la signature du protocole « n’est autre que la formalisation d’une relation déjà existante entre les deux autorités ».

« Le Maroc et le Sénégal témoignent d’une relation dynamique, fructueuse, amicale, sincère et fraternelle dans le domaine de la protection des données à caractère personnel », a affirmé la responsable sénégalaise. 

Le Maroc dispose d’une expérience considérable dans la protection des données personnelles, a indiqué Mme Ndiaye, ajoutant que le Maroc est « très en avance » dans le domaine et déploie les moyens nécessaires pour son développement.

De son côté M. Diop a mis en exergue la multiplicité des transferts de données entre les entreprises sénégalaises et marocaines, notamment dans le secteur financier et bancaire, relevant que la signature de ce protocole vient, entre autres, encadrer ces transferts et accompagner les entreprises dans ce domaine.

Le Maroc, à l’instar du Sénégal, fait partie de plusieurs instances internationales, telles que le Réseau africain des autorités de protection des données personnelles (RAPDP) dont la CNDP Maroc assure le secrétariat permanent et l’Association francophone des autorités de protection des données personnelles, d’où la nécessité de concrétiser la coopération bilatérale dans ce sens, a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles populaires