La natation : sans contre-indication

Accélérer la circulation sanguine et améliorer le retour veineux, tonifier les muscles, augmenter les capacités respiratoires et cardiovasculaires, booster l’endurance, diminuer les douleurs, le stress et l’anxiété… La liste des bienfaits de la natation est longue.

Elle a la faveur des médecins lorsqu’ils doivent conseiller une reprise en douceur à un patient sédentaire. La seule difficulté ? Les horaires d’ouverture des piscines municipales, qui ne permettent pas toujours un accès aux bassins comme on le souhaiterait…

Ce sport en décharge fait travailler les groupes musculaires de tout le corps de façon symétrique. C’est l’activité idéale pour les personnes souffrant d’arthrose, mais aussi pour celles qui ont mal au dos et/ou sont en surpoids. En dehors de quelques maladies de peau (eczéma, psoriasis) et de pathologies chroniques de la sphère ORL (sinusites, otites), la natation n’a pas de contre-indications. D’autant moins que le chlore est de plus en plus absent des piscines.

Quelle nage choisir ?

La meilleure est celle que vous aimez pratiquer avec plaisir, car vous aurez envie d’aller nager régulièrement. Mais l’idéal pour faire travailler les différents groupes musculaires est d’alterner les longueurs en différentes nages.

La brasse est souvent préférée par les débutants, pourtant elle nécessite une bonne coordination bras/jambes, pas si simple au début. Elle permet de travailler tous les muscles, mais n’est pas la plus conseillée aux personnes en cas de mal de dos.

Le crawl est plus long à maîtriser mais permet ensuite un travail plus intensif.

Le dos crawlé est une bonne alternative pour ceux qui ont du mal à gérer leur respiration en crawl et fait bien travailler les muscles du dos et des jambes.

Quant au papillon, il est réservé aux nageurs expérimentés et sera difficile à pratiquer dans une ligne d’eau bondée… Vous voulez progresser ? Les cours de perfectionnement de natation sont faits pour vous.

La brasse coulée

Tant pis pour le brushing ! La brasse coulée (en mettant la tête sous l’eau une respiration sur deux) est beaucoup plus respectueuse pour la colonne vertébrale que la brasse avec la tête hors de l’eau, réservée aux personnes qui n’ont pas mal au dos… au risque de sentir quand même au bout d’un moment des tensions dans les cervicales. Nager sur le dos reste le plus adapté pour les personnes souffrant de douleurs dorsales.

Le pull-buoy, pour mieux faire les mouvements

Avouez que vous vous êtes déjà posé la question à la piscine… Ce petit flotteur que l’on glisse entre ses cuisses, à quoi sert-il ? « Il donne de la flottabilité, par exemple aux personnes qui veulent progresser en crawl, et permet de mieux travailler les mouvements, en perdant moins d’énergie », indique le Pr Ruddy Richard, médecin du sport et physiologiste.

POUR ALLER PLUS LOIN
@ Internet
> https://www.ffnatation.fr/

Par Karine Hendricks

lire aussi

Nouvelles connexes