Bob Dylan, les perles des années 80

Very Good Trip va aborder une des phases les plus surprenantes de l’évolution artistique de Bob Dylan. Celle de sa relation à Dieu.

Le chanteur, auteur-compositeur et musicien Bob Dylan en concert au Felt Forum, Madison Square Garden de New York le 11 mai 1974. © Getty / David Redfern/Redferns

« Il y a une guerre à l’œuvre, la chair et le sang se divisent, soit vous avez la foi soit vous êtes dans l’incroyance, il n’y a pas de terrain neutre, l’ennemi est rusé, comment rester aveugle quand la vérité est dans nos cœurs et que malgré cela nous ne croyons toujours pas ». 

Des paroles qu’on s’attendrait à trouver, un dimanche matin, dans la bouche d’un pasteur lors d’un sermon dans un temple quelconque d’une petite ville du sud-est des États-Unis. Elles sont extraites, mot pour mot, de la chanson « Precious Angel », signée et interprétée par Bob Dylan. Elle figure dans l’album le plus bizarre de sa carrière, Slow Train Coming, sorti à la fin de l’année 1979. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

J’autorise

Gérer mes choix

Commençons par le commencement. Trop souvent, on néglige l’importance de la musique noire dans les sources comme dans le parcours de Bob Dylan. Pourtant, les signes, évidents, sont là. 

55 min

À écouter  –  

Musique

Bob Dylan, crooner inattendu

55 min

Son tout premier album, paru en 1962, alors qu’il n’avait que vingt ans, était essentiellement constitué de blues anciens. Quant au blues électrique de Chicago, il est très présent dans ses enregistrements du milieu des années soixante. Alors était logique, au fond, qu’à un moment ou un autre Bob Dylan finisse par rencontrer la musique soul et ce qui en est la matrice religieuse, le gospel. 

Que s’est-il passé au juste ? Ce n’est pas très banal. Lors d’une tournée à la fin de l’année 1978, Bob Dylan tombe malade. Malgré une fièvre de cheval, il monte sur scène. Certains spectateurs, dans les premiers rangs, s’aperçoivent qu’il ne va pas bien. L’un d’eux jette sur la scène un petit crucifix, plutôt une simple croix, qui atterrit à ses pieds. Dylan se baisse et la ramasse. Dans sa chambre d’hôtel, à Tucson, dans l’Arizona, il se réveille, fébrile. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

J’autorise

Gérer mes choix

Vraisemblablement en proie à une hallucination, il voit entrer quelqu’un dans sa chambre. Il se persuade que c’est Jésus-Christ en personne, venu lui adresser un message. Il est hanté par cette vision, elle l’obsède, il en parle autour de lui. Ce n’est pas une illumination joyeuse, davantage quelque chose qui le tourmente et même le torture. Il a besoin d’aide. On lui présente alors un évangéliste. Bob Dylan assiste alors à des conférences qui lui révèlent le message du Nouveau Testament

Bob Dylan : 

  • « Precious Angel » extrait de l’album « Slow Train Coming » 
  • « Foot of Pride – Studio Outtake – 1983 » extrait de l’album « The Bootleg Series Volumes 1-3 (Rare and Unreleased) 1961-1991 » 
  • « When the Night Comes Falling from the Sky » extrait de l’album « The Bootleg Series Volumes 1-3 (Rare and Unreleased) 1961-1991 » 

The Traveling Wilburys : « Tweeter and the Monkey Man » extrait de l’album « The Traveling Wilburys, Vol. 1 » 

Bob Dylan : 

  • « The Groom’s Still Waiting at the Altar » extrait de l’album « Shot of Love » 
  • « Dark Eyes » extrait de l’album « Empire Burlesque » 
  • « Every Grain of Sand – Demo -1980 » extrait de l’album « The Bootleg Series Volumes 1-3 (Rare and Unreleased) 1961-1991 » 
  • « Blind Willie McTell – Studio Outtake – 1983 » extrait de l’album « The Bootleg Series Volumes 1-3 (Rare and Unreleased) 1961-1991 »  
  • « When He Returns » extrait de l’album « Slow Train Coming » 

lire aussi

Nouvelles connexes