Facebook « navré » de cette « erreur », Zemmour s’offre une pub gratuite

Eric Zemmour criait au scandale depuis 24 heures, son compte Instagram ayant disparu sans raison. Vendredi, Facebook est sorti du bois : c’est une « erreur ». Le compte a été été rétabli. Eric Zemmour salue une « bataille gagnée » qui lui a permis de gagner des centaines de followers.

Le polémiste a gagné plus d’un millier de followers, sur Instagram, après le bannissement temporaire de son compte © AFP / Georges Gonon-Guillermas / Hans Lucas /

Une « erreur ». Le compte Instagram du polémiste et probable candidat à l’élection présidentielle Éric Zemmour « a été supprimé par erreur » et a été restauré, a annoncé vendredi à l’AFP un porte-parole du groupe Facebook, maison mère d’Instagram. 

« Le compte d’Éric Zemmour a été supprimé par erreur, nous sommes navrés pour les désagréments occasionnés. Il a depuis été restauré », a fait savoir Facebook.

Le compte avait disparu jeudi matin ce qui avait amené le chroniqueur du Figaro et polémiste vedette de la chaîne d’information CNews à dénoncer une « censure ». Contactés à plusieurs reprises par France Inter, jeudi et vendredi, plusieurs porte-paroles de Facebook et Instagram n’ont jamais donné suite.

« Nous avons gagné la bataille »

« Vous avez été nombreux à signer la pétition #STOPCENSURE (…) Grace à vous nous avons gagné la bataille. Le combat continue », a réagi Éric Zemmour sur son compte restauré vendredi.

Entre les deux, Eric Zemmour a gagné un bon coup de pub et mille followers. Il en avait 48.600 vendredi en début d’après-midi contre 47.561 mercredi, selon l’application Socialblade.com. Il faut d’ire que « l’erreur » de Facebook a permis à Eric Zemmour et ses soutiens de hurler au scandale.

« Les GAFAM sont engagés dans une lutte féroce contre les peuples qui ne veulent pas mourir. Ils peuvent me censurer, mais ils ne peuvent pas faire taire tout un peuple », avait-t-il tweeté, ajoutant le hashtag « StopCensure ».

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

J’autorise

Gérer mes choix

Une pétition avait été publiée dans la foulée reprenant ce hashtag #StopCensure. Les soutiens d’Éric Zemmour dénonçant une entrave à la liberté d’expression. « Ce scandale qui fait honte à la Justice et à la France doit cesser ! Année après année, l’appareil judiciaire grignote le terrain politique pour décider ce que vous devez penser », détaillait le texte déjà signé par 32 000 personnes. 

De nombreux soutiens, à droite et à l’extrême-droite, d’Eric Ciotti à Marine Le Pen ont pris la défense du polémiste plusieurs fois condamné pour provocation à la haine. « Quand la censure des réseaux sociaux musèle l’opposition, c’est notre démocratie qui est en danger. Je demande solennellement au Gouvernement de réagir face aux suppressions des comptes de personnalités patriotes de la part de Facebook, Twitter et Instagram », avait ainsi twitté la présidente du RN.

Le numéro 2 du parti Jordan Bardella, n’avait pas hésité à faire un parallèle avec la situation en Afghanistan, « En revanche, le chef des talibans, lui, n’est pas inquiété par quelque forme de censure. Les GAFA font leur loi tels des dieux, selon leur vision du monde et leur conception du bien et du mal. Ne les laissons pas déliter notre démocratie sans réagir ».

Sur Twitter, près de 27.000 messages en 24 heures étaient accompagnés du hashtag #STOPcensure selon l’application de veille en ligne Visibrain.

Le précédent @memesdecentralises

Il y a quelques jours, c’est un autre compte Instagram bien connu qui avait été banni pendant trois jours avant de réapparaitre sans raison. La page à l’humour potache Memesdecentralises avait subitement vu son compte suivi par près de 300.000 abonnés disparaître sans raison. Il était réapparu au bout de trois jours. « Malheureusement nous n’avons jamais eu d’explication », a expliqué à France Inter un responsable de ce compte. « Notre contact nous a simplement répondu que le compte allait être réactivé ».

lire aussi

Nouvelles connexes