Pour la première fois, admission des transgenres

Alors que l’haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard se prépare à entrer dans l’Histoire à Tokyo 2020, une table ronde sur les athlètes transgenres participant aux Jeux Olympiques a eu lieu mardi. Transgenre se dit d’une personne dont l’identité de genre n’est pas en adéquation avec le sexe assigné à sa naissance (Selon la législation en vigueur, une personne transgenre peut demander à changer d’état civil).

La première femme transgenre à participer aux Jeux

Hubbard deviendra la première femme ouvertement transgenre à participer aux Jeux Olympiques au Forum international de Tokyo, où elle et neuf autres compétitrices s’affronteront pour les médailles dans l’épreuve féminine des 87+ kilogrammes. Alors que cela serait considéré comme un moment marquant pour les athlètes transgenres, les critiques ont insisté sur le fait que leur participation au sport féminin est préjudiciable.
Hubbard, qui sera le plus vieil haltérophile transgenre aux Jeux à 43 ans, avait participé à des compétitions d’haltérophilie masculine, mais pas au niveau international, avant de faire la transition en 2013 à l’âge de 35 ans, et depuis 2017, il concourt dans la catégorie féminine au niveau international. Il est éligible pour participer aux Jeux Olympiques depuis 2015, lorsque le Comité International Olympique a publié des directives permettant à tout athlète transgenre de concourir en tant que femme à condition que ses niveaux de testostérone soient inférieurs à 10 nano moles par litre pendant au moins 12 mois avant sa première compétition. Les scientifiques ont fait valoir que les personnes qui ont subi la puberté masculine conservent des avantages biologiques importants en termes de puissance et de force même après avoir pris des médicaments pour supprimer leur taux de testostérone.

« Une conversation sur l’inclusion »

Le panel de la table ronde était composé d’Ashley Abbott, directrice des communications du Comité olympique néo-zélandais, de Christian Klaue, du directeur de la communication d’entreprise et des affaires publiques du CIO, de Richard Budgett, directeur du département médical et scientifique du CIO, de Mark Cooper, responsable de la communication de la Fédération internationale d’haltérophilie et de Katia Mascagni, responsable des affaires publiques du CIO. Abbott a livré un message de Hubbard : « Elle voit les Jeux Olympiques comme une célébration mondiale de nos espoirs, idéaux et valeurs et elle félicite le CIO pour son engagement à rendre le sport inclusif et accessible. Elle a souligné que la participation de Hubbard ouvrirait « une conversation sur l’inclusion ».
S’exprimant sur l’avenir des athlètes transgenres aux Jeux Olympiques, Klaue a déclaré : « C’est une évolution qui va se poursuivre. Ce ne sera pas fini à chaque fois qu’il y aura un nouveau cadre. La science informera la prochaine étape après la mise en place du cadre, et probablement dans 10 ans, nous regarderons tous en arrière et nous dirons : « ah, c’est intéressant cette situation ». Et nous n’avons jamais pensé que nous arriverions là où nous sommes, assis dans cette pièce en 2021 à Tokyo».
Selon Budgett, directeur du département médical et scientifique du CIO, il est « très important de se rappeler que les femmes trans sont des femmes » pour commencer. « Et donc, dans l’esprit de l’inclusion dans le sport, si possible, les transgenres devraient être inclus dans le sport.
Et ce n’est que lorsqu’il existe des preuves d’une réelle inquiétude – que cela conduirait à un avantage de performance disproportionné pour ces personnes – si des règles et règlements devaient modifier cette éligibilité », a-t-il déclaré, ajoutant que pour protéger le sport féminin, il est important de « inclure toutes les femmes, si vous le pouvez ».

lire aussi

Nouvelles connexes