Date

Partager

Joan Laporta, président du FC Barcelone, explique les raisons du départ de Messi

Articles connexes

Dans un Auditorium de 1899, la salle que le club réserve aux grandes occasions, pleine à craquer et avec une attente médiatique sensationnelle, Joan Laporta est sorti à 11h05 pour donner les explications qu’il devait au monde sur le désengagement de Leo Messi du FC Barcelone.
Le président a parlé pendant une heure et quart en répondant à toutes les questions que l’on voulait poser, mais il a commencé par une présentation précédente.
« Je viens expliquer pourquoi nous en sommes arrivés à cette situation. Malheureusement, nous avons reçu un héritage désastreux et la masse salariale représente 110% du budget. Nous n’avons aucune marge. Nous le savions depuis notre arrivée au club, mais nous nous sommes retrouvés dans une situation bien pire que ce à quoi nous nous attendions et ce qu’on nous avait dit. Les pertes sont beaucoup plus élevées, la dette, la même.
Le fair-play de la Liga ne nous a pas permis de rentrer dans le premier contrat de Messi », a-t-il commencé. Il a ajouté que « je ne suis pas prêt à hypothéquer le Barça pendant 50 ans, car le Barça est au-dessus de tout le monde, même au-dessus de Leo Messi, à qui nous serons éternellement reconnaissants.
Renouveler Messi comportait certains risques, que nous étions prêts à prendre, mais c’était risqué. Leo voulait rester, nous voulions qu’il reste mais nous devions laisser les émotions de côté, être froid et nous devons respecter la règle de la Liga, qui pourrait être plus flexible. Je suis triste, mais heureux car je pense que nous avons fait le maximum pour le club ».

Quel héritage Messi laisse-t-il ?

« Cela a été le meilleur, la référence de la meilleure étape de l’Histoire du club. Samitier, Kubala Johan et Messi. Il a été une référence et a généré une illusion collective et des images pour l’Histoire. Cette situation est-elle irréductible ? Je ne veux pas créer de faux espoirs. Le joueur a d’autres propositions. Il y avait une limite de temps. Ça prend du temps. Nous avons conclu un accord de paiement en cinq ans. Nous voulions que l’étape post-Messi commence dans deux ans.
La Liga nous a laissé entendre de manière convaincante qu’elle pouvait entrer dans les paramètres, mais ses dirigeants nous ont ensuite dit non. Il serait entré si nous acceptions une opération qui ne nous intéressait pas ».

 Y a-t-il des joueurs qui n’ont pas baissé la masse salariale ?

« Le ratio dans lequel nous avons déménagé était de quatre pour 1. Pour chaque 25 millions que nous avons dépensé, nous devions en dépenser 100. Cette opération n’est pas facile. On pourrait prendre d’autres mesures, mais elles ne garantissent rien. Il y a des joueurs qui entrent comme Kun ou Memphis parce qu’ils acceptent des conditions très favorables. L’escouade peut-elle être renforcée ? Je ne générerai pas de faux espoirs. La négociation est terminée et maintenant nous n’avons plus de marge salariale. Mais nous sommes plus motivés que jamais. De l’entraîneur aux joueurs en passant par le conseil d’administration, nous savons que nous devrons continuer à avoir du succès ».

 La tristesse et la déception

« Le moment est marqué par la tristesse et la déception, mais nous avons pris la décision car le Barça est au-dessus de tout. On a tout traversé et on s’en est toujours sorti. J’ai dit que nous ferions de notre mieux pour que ça continue. Nous sommes parvenus à un accord que nous n’avons pas pu formaliser car il n’y a pas de marge salariale. Je n’aime pas chercher les coupables et je n’aime pas répéter l’héritage infâme reçu. Il est vrai que tout avançait correctement, mais nous sommes au 6 août et le marché ferme le 31 août ». 

N’était-il pas temps de forcer la sortie d’autres joueurs

« Tout est possible mais la vente des footballeurs est difficile dans cette période de pandémie. En plus, nous sommes dans l’obligation de respecter les contrats signés pour éviter les litiges dans les tribunaux. L’accord avec CVC n’a pas résolu le problème pour nous non plus, mais il y avait une série de contrats qui ne pouvaient pas être rompus unilatéralement. Il y a deux jours, je suis arrivé à la conclusion que cela ne suffisait pas pour plus. Cela a été deux mois très intenses ». 

Quelle est la situation sportive ?

« Il y a une petite marge pour chercher des solutions, mais nous continuons à avoir un problème de masse salariale. Même avec Leo, nous n’avons aucune marge. Sans cela, le rapport de quatre à un suit. Messi voulait rester, alors il n’est pas content. Il affronte la réalité comme nous. Une réalité qui ne peut pas être changée. Il sait que je lui souhaite, ainsi qu’à sa famille, le meilleur. Le Barça sera sa maison ».

Le père et représentant Jorge Messi a-t-il demandé quelque chose d’inabordable ?

« Sa façon d’agir tout au long de la négociation a été impeccable. Les Messi ne nous ont rien demandé qui n’entrerait pas dans la logique d’une négociation. Rien n’a rendu le contrat impossible ».

Qu’avez-vous expliqué aux capitaines ?

« Je voulais vous dire que nous nous attendions tous à ce qu’il s’entraîne à nouveau, mais cela n’arrivera pas. Je les ai informés de cette situation et je leur ai demandé de gagner sans Leo, d’avoir le maximum d’engagement et le maximum de compétitivité. J’ai demandé aux capitaines un maximum d’implication, de donner un plus d’eux-mêmes ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles populaires